Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

 

Créé au festival d’Avignon en juillet 2015, ce spectacle a rencontré un vif succès auprès du public, de la presse et des professionnels, et j’en avais eu de très bon retour. Après Avignon et Les Déchargeurs, Lionel Cecilio, laisse sa poésie s’exprimer au Théâtre de l’Archipel, et cela grâce au soutien de ses fans, nombreux à croire en son projet.

Le résumé le voici :

« Saisir la vie ou attendre la mort? Que faire en découvrant que sa dernière heure est venue? Alors qu’il vient d’apprendre qu’il est atteint d’une maladie incurable et mortelle, un jeune homme décide d’écrire à un lecteur imaginaire pour le faire dépositaire de ses mémoires. Sa plume s’emballe et l’entraîne dans un tourbillon étourdissant où poésie, rires et larmes s’entre-mêlent! Mais a-t-il seulement vécu? »

dav

C’est avec une écriture sublime d’une grande finesse et une justesse qui pousse à la réflexion, que Lionel Cecilio incarne tour à tour un homme torturé dans sa chair et son mental, si intimement, qu’on ne se sait si c’est la folie qui engendre ses douleurs ou si la souffrance crée sa folie ; mais également une vieille institutrice, un médecin traitant … Tout un kaléidoscope de personnages, qui habite ainsi un univers aux frontières de la raison.

A noter également une impressionnante maîtrise du corps et du rythme au service d’un texte magnifique, qui allie avec talent la poésie, l’humour et l’émotion. Un texte qui allie métaphysique, qui parle de la vie, la foi, l’amour, la mort …. une quête d’innocence aussi.

Voyage dans les mémoires d’un fou, c’est également une très belle performance d’acteur avec un comédien généreux et sincère, qui donne beaucoup de sa sensibilité chaque soir à son public, habité par cette pièce qu’il porte en lui depuis un moment déjà et on prend tout comme un claque, ébahie voire ébaubie à la fin de la performance, soufflé par la beauté du jeu et la densité du texte.

Le résultat final ? Un texte puissant, émouvant, poétique, d’une beauté littéraire … avec un jeu à la hauteur d’une telle richesse.

 

Et pour prolonger le plaisir et l’expérience le texte est en vente à la fin du spectacle.


 

Festival D’Avignon – OFF

Théâtre des Corps Saints

76, place des Corps Saints 84000 Avignon

Tarif : 8 €

 

Vue le 3 Février 2017 au Théâtre de l’Archipel – Paris

 

 

 

Publicités