Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

aff-browning1

Au Théâtre de Poche se joue sur la grande scène La Version Browning de Terence Rattigan, un bijou du théâtre anglais.

« À la fin des années 1940, un soir de juillet veille des résultats scolaires, le jeune Taplow est convoqué par le professeur Crocker-Harris, figure même de l’institution rigoriste des public schools britanniques. C’est dans le confinement du salon de ce professeur craint par beaucoup, trahi par sa femme, à l’orée de sa chute que virevoltent élève, collègues et épouse. »

Dans l’atmosphère feutrée du bureau du professeur Croker-Harris, contraint de quitter un poste qu’il adore pour raisons de santé et de rejoindre une boîte à bac, nous assistons à un cruel et subtil jeu d’humiliation, de sournoiserie et de cruauté humaine.

version-browning

Quel bonheur de découvrir un texte fort avec des dialogues acides et ciselés, qui révèle une humanité insoupçonnable, avec une mise en scène sobre et élégante et des acteurs qui lui donnent une intensité exceptionnelle.

Jean-Pierre Bouvier, dont l’interprétation est inoubliable à travers un Jeu dont le sens de la nuance est époustouflant, est à la hauteur de ce professeur vieillissant, sec, pervers et tour à tour digne et, finalement surprenant. Marie Bunel joue avec finesse une épouse insatisfaite, cruelle et manipulatrice ; Thomas Sagol est parfait en Taplow facétieux et insolent. Benjamin Boyer, déjà vu dans Les Stars, tout en rondeur, tient malgré lui le rôle de l’amant Franck Hunter, tour à tour acteur et observateur.

slider-home

On rit, parfois on sourit, on se régale de cette écriture fine et intelligente et de ce jeu cruel et beau qui nous laisse un goût d’émerveillement.

Enfin la proximité avec la scène au Théâtre de Poche rajoute à l’intensité des dialogues et du jeu, la salle entière retiens son souffle, respirant aussi difficilement que le professeur Crocker-Harris, dans cette atmosphère confinée et un brin étouffante

Une pièce toute en finesse, douce amère, avec une progression qui nous émeut de plus en plus, minute après minute. A voir.


Au Théâtre de Poche Montparnasse – 75 Boulevard du Montparnasse 75006 Paris

De Terence RATTIGAN – Mise en scène Patrice KERBRAT

A PARTIR DU 1er SEPTEMBRE 2016 – 21h du mardi au samedi, dimanche 15h

Jean-Pierre BOUVIER – Andrew Crocker Harris / Marie BUNEL – Millie Crocker Harris / Benjamin BOYER – Franck Hunter / Pauline DEVINAT – Mme Gilbert / Philippe ETESSE – Dr Frobisher / Nikola KRMINAC – Peter Gilbert / Thomas SAGOLS – John Taplow

Tarif de 10 à 38 €

Plus d’Informations ICI

Publicités