Étiquettes

, , ,

politiquement-correct-big

La Pépinière Théâtre ouvre sa saison 2016/2017 avec une pièce écrite et mise en scène par Salomé Lelouch, Politiquement Correct, une pièce de politique-fiction, mais pas que.

« 23 avril 2017. Coup de tonnerre pour les uns : l’extrême droite est au second tour de l’élection présidentielle. Coup de foudre pour les autres : Mado et Alexandre se sont rencontrés une heure avant les résultats. Ils ont parlé de tout sauf de politique. Mado a toujours voté à gauche. Elle ignore qu’elle vient de tomber amoureuse d’un militant d’extrême droite … »

La pièce commence comme une comédie romantique, elle en a tous les codes, mais n’est qu’un prétexte : A la suite d’un quiproquo et d’un échange de portable, le hasard met Mado et Alexandre en contact.

Mais le pastiche ne s’arrête pas là puisque Salomé Lelouch distille également quelques codes romantiques dans le duo que forme leurs meilleurs amis, que tout oppose (rencontre fortuite, jeux en miroir, …) en distillant des indices sur la possibilité d’un autre couple impossible. Andréa, est une marxiste/féministe, un peu grande gueule, tandis que Louis est le modèle du facho de base, qui ne peut pas tenir une conversation sans réparties racistes et/ou homophobes.

En filigrane, l’élection présidentielle et la montée du score de l’extrême droite en France, le tout rythmé par les commentaires sonores de BFMTV. L’intelligence de la pièce réside non seulement dans le fait de ne jamais nommer le partie, surnommé « Le Front » et de parler de « La Fille » et du « Père » sans jamais ne citer personne ; mais également d’avoir pour personnage central quelqu’un comme Mado, qui laisse part au débat permettant d’éviter toute vision manichéenne, le texte alternant entre drôlerie et questionnement, légèreté et gravité, sans être donneur de leçon.

Alors que se déroule le fameux débat de l’entre deux tour, en arrière fond d’une des scènes, les quatre protagonistes de la pièce se retrouvent au restaurant, dans une scène où j’ai particulièrement apprécié la mise en scène, en effet même si fictivement ils sont tous à la même table se regardant les yeux dans les yeux et c’est au public qu’en fait il sfont face.

Mado, elle, veut comprendre, comment elle a pu tomber amoureuse d’un homme qui défend et même milite pour des idées qu’elle arbore et lui veux savoir pourquoi son partie et si diabolisé et ses militants infréquentables. Le débat se fait sur scène en écho a celui qui doit se jouer sur France 2, mais contrairement à ce que l’on peux voir à la télévision, clair et posé, il se joue sous nos yeux sans haine ni violence, sans cris et parole à celui qui parle plus fort que l’autre. Alexandre présente ses arguments et Mado les déconstruit. Et c’est là que l’on voit à quel point la pièce est bien écrite et comment le sujet tient à cœur de l’auteur.

Alors qu’Alexandre a un pernicieux discours nationaliste, digne représentant du nouveau visage du FN ; Mado, elle, a un discours humaniste et idéaliste … ils s’affrontent avec leur vision du monde et pourtant ils s’aiment.

La fin un peu brutale est inéluctable et nécessaire à l’éveil des consciences sur le danger de la montée du Front National en France et ses conséquences, elle tire le signal d’alarme.

Pour finir, en plus d’un texte qui a du sens, certes, un peu simpliste, et une mise en scène élaborée, le jeu des acteurs est admirable. Une pièce faites de conviction et de compréhension qui amène à réfléchir et à se poser des questions.

Une Pièce à voir.


Avec : Thibault De Montalembert, Rachel Arditi, Ludivine De chastenet, Bertrand Combe, Arnaud Pfeiffer

Du : Mardi au Samedi à 21h et le Samedi à 16h

A : La Pépinière Théâtre – 7 Rue Louis Legrand 75002 Paris

Tarif : 12 à 38 € – Réservation ICI

Advertisements