Étiquettes

, , , , ,

581449_2015-09-25-une-laborieuse-entreprise-de-hanokh-levin-paris

A l’affiche du Théâtre de Poche Montparnasse depuis le 22 septembre, c’est curieuse que je m’installe dans le petite salle du Poche.

Le résumé le voici : « Trente ans de vie de couple entre Léviva et Yona Popokh. Trente années à s’user l’un l’autre, à se mal aimer. Trente années de petites joies, de grandes espérances, de lâchetés et d’inévitables compromis. Et cette nuit-là, dans la moiteur nocturne d’un camping quelque part en Israël, ces deux petites planètes isolées vont entrer en collision. »

Dans la lourde chaleur de la nuit, Levina Popokh s’abreuve de la fraîcheur du dehors en dormant sur la Terrasse. Tout est silencieux si ce n’est les quelques ronflements de la belle. Quand soudain, surgit Yona, agité il bouscule le lit et sa femme par la même occasion comme un malpropre, la faisant tomber à la renverse. S’en suit un déluge de critiques que la pauvre Levina tout ahurie de sommeil ne comprend pas. Et bien sûr, cela débouche sur une interminable et épique scène de ménage, ou chacun se lance les pires horreurs au visage, parlant de ses désillusions et insatisfactions. Seule l’arrivée inattendue d’un voisin, Gounkel, fielleux rat misérable crevant de solitude, interrompra la dispute, ramenant nos héros du quotidien à la triste réalité et à leur propre peur de la solitude.

Quelle vilaine réjouissance ressentons-nous, devant la déliquescence de ce couple usé jusqu’à la corde, devant la cruauté sans fard de cette vie quotidienne. Que la satire et libératrice. De coup-bas en coup-bas, la farce passe de cruelle à grotesque pour notre plus grande joie.

Décors et Costumes sont à l’image du couple usé et avachi. Quant aux acteurs, Yann Dénécé compose un Yona gueulard, antipathique mais également attendrissant ; Luciana Velocci Silva nous offre une interprétation épatante d’une Leviva, limite clownesque, qui se bat pour préserver son couple, entre larmes et coups ; enfin Cédric Revollon, que j’avais déjà eu la joie d’apercevoir dans le rôle de Lapin Blanc dans Alice au pays des Merveilles, lorsqu’elle se jouait au Théâtre Saint Georges, est inoubliable dans le rôle (trop bref) de l’insupportable et pitoyable Gounkel.

Une écriture crue et acide, un décors misérabiliste et des comédiens énergiques font de cette Laborieuse Entreprise une pièce irrésistible. Venez vous amusez devant la cruauté de ce conte désenchanté.

Théâtre de Poche-Montparnasse – 75 bd du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 50 21

Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18h Du 22 septembre au 29 novembre 2015

Durée : 1h20

5377954501623808

Advertisements