Mots-clefs

, , , ,

orig_festival_de_theatre

Le rythme effréné du festival commence à se faire sentir heureusement le lit de l’hôtel est moelleux et le Petit déjeuner est d’enfer *__*

http://www.accorhotels.com/3437


Ce samedi c’est déjeuner dans le Parc Malesherbes avec les organisateurs et la compagnie (notamment celle du Théâtre de l’impossible qui arrivait tout juste du Havre afin de jouer le soir même pour le festival). La charcuterie et les crudité ne nous ont pas suffit nous avons honteusement racketté les collégiens et réquisitionnés leurs restes de pizzas (ne nous jugez pas la faim avait eut raison de notre sens moral).


  • Samedi 16 Mai, 14h30 – Salles Malesherbes

C'est parti pour un voyage sur L'échelle de Glasgow #LilianLloyd

A post shared by Lauralia (@lauralia_evenements) on

Sur l’Échelle de Glasgow de Lilian Lloyd par La Tête dans le Persil.

« Ils sont six personnages à partager le même coma depuis des semaines, des mois. Certains y sont bien, d’autres rêvent de revenir à la surface en remontant cette fameuse échelle de Glasgow qui sert à mesure la profondeur d’un coma. N’importe comment, le seul moyen pour eux de retourner « là-haut », c’est de s’aimer. Alors, ils vont s’exécuter, en s’abandonnant au plus beau sentiment … »

Mon Avis : Comme souvent chez Lloyd (oui ce n’est pas ma première pièce de cet auteur contemporain « pas encore mort ») on passe de l’ombre à la lumière, du rêve à la désillusion, le tout dans un élan poétique et lyrique. Beaucoup d’émotion, de vérité, d’instant de vie. J’ai adoré le personnage de Calvin le Clown joué par Sonia Bhé et le couple Théo (Alex Metzinger) / Charlie (Marine Guyon) qui sont adorablement mièvre, par contre Clarisse Fontaine (interprétant La Mort) ne m’a pas convaincue, c’est également elle qui réalise la scénographie qui a contrario est extrêmement réussite nous transportant dans l’univers onirique et symbolique de la pièce. Lilian Lloyd endosse avec facilité et adresse le rôle de Sam (du sur mesure pour lui) pretexte à nous parler des états d’âme de l’auteur, tout est joliment dit/écrit mais c’est quand même un peu lourd, le personnage de Sam prend toute la place avec son égocentrisme et sa façon de tenir les autres à l’écart et de les manipuler. Les autres personnages sont tout aussi intéressant que Sam mais le JE est trop central. Une pièce à voir pour se perdre, rêver et réfléchir.


  • Samedi 16 mai, 17h30 – Ancienne Eglise

Les_cabots_ws1030807605

Les Cabots Magnifiques de Thierry Debroux par Le Théâtre de Midi

« Trois acteurs, plus cabotins les uns que les autres, se retrouvent pensionnaires d’une maison de retraite. Ils se chamaillent et ne manquent pas de s’envoyer des vacheries à la figure. Sous l’impulsion d’une animatrice passionnée de théâtre, ils vont mettre leur talent en commun pour tenter de sortir une comédienne du silence dans lequel elle est plongée depuis des années. Une comédie sur la perte de la mémoire, pleine d’humour et de rebondissements, qui jette un regard tendre sur les comédiens »

Mon Avis : Cette pièce est une vrai bonne surprise, drôle, tendre émouvante et ce qui ne gâche rien extrêmement bien interprétée et je suis devenue totalement fan du duo Philippe Develay / Christian Muñoz, dont les dialogues sont savoureux. De plus le texte est truffé de rebondissements et le spectateur se laisse totalement happer par ses cabotinneries. A voir !


  • Samedi 16 Mai, 21H – Salle Malesherbes

2015-05-16 20.54.49

Cendrillon de Joel Pommerat par Le Théâtre de L’Impossible

« Relecture actuelle et moderne de Cendrillon, le conte revisité par Joël Pommerat est ancré dans le monde actuel, même si les indices du texte initial demeurent : les 12 coups de minuit, le soulier perdu… Cendrillon, c’est l’histoire d’une enfant qui doit supporter les brimades de la marâtre, mais aussi faire face au deuil de sa mère : Si le sujet est sombre, le ton est grinçant et plein d’humour. Ce n’est ni triste, ni prise de tête… »

Mon Avis : J’ai beaucoup aimé l’effet narratif et le ton utilisé par les deux narratrices qui étaient très mélodieuses, mais hélas la pièce n’a eut aucun écho en moi, j’ai trouvé ça plat … pas ennuyeux mais elle n’a véhiculée aucune émotivité jusqu’à moi.

N’hésitez pas à suivre l’actualité de la compagnie sur Facebook et Twitter.

Rendez-Vous très vite pour le Jour 5.

Publicités