Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Affiche de Anna Christie au Théâtre

A l’assaut de la butte Montmartre, direction le Théâtre de l’Atelier sur la place Charles-Dullin pour aller voir Anna Christie, qui fut le premier rôle parlant au cinéma de la belle Greta Garbo.

« A la mort de sa femme, Chris Christopherson a abandonné sa fille Anna dans une ferme avant de repartir en mer. Quinze ans plus tard, au début de la pièce, il l’attend dans un bar crasseux de New York sans l’avoir jamais revue. Il va l’emmener avec lui en mer «pour qu’elle se repose». Elle a surgi de nulle part, tout comme le marin Burke repêché en mer. Burke est fasciné dès le premier regard et désire l’épouser. Anna, entravée par son passé de prostituée, va revendiquer face à ces deux hommes son autonomie et sa liberté. »

Le ton est grave, la teinte est grise, la lumière crépusculaire et le décors dépouillé … donne vie à une mise en scène sobre et élégante.

Décors Anna Christie

Féodor Atkine m’a laissé béate d’admiration, sa voix et sa maîtrise du jeux m’a enchanté ; très juste dans son rôle de marin alcoolique et père démissionnaire, accusant le mer de tous les maux.

Stanley Weber, incarne un marin irlandais sauvé de justesse de la noyade tout juste convaincant en amoureux naïf, brutal et maladroit. Et dont l’inimitié qui le lie au père n’est pas pour rien dans le drame qui se joue.

Mélanie Thierry, campe une Anna Christie forte et fragile à la fois, une fille perdue qui renaît de la mer et de son brouillard, qui doit se battre pour exister par elle même autrement que comme la fille bien fantasmé par son père et par Burke. Elle qui s’est battu sa vie durant, venu retrouver son père et chercher auprès de lui quelque repos, va devoir se battre pour criez « moi » au centre de ce monde factice où l’on placé ces hommes et revendiquer son existence et son passé de femme.

Enfin n’oublions pas Charlotte Maury-Sentier très convaincante en tenancière et femme occasionnelle de marin, qui affiche quelques kilomètre au compteur et à qui la vie ne peux plus mentir. Elle sera la seule, qui dés le premier coup d’œil verra dans Anna et son passé et son présent.

Pour voir se tisser et se dénouer les fils de ce très bon mélodrame rendez vous jusqu’au 26 Avril au Théâtre de l’Atelier.

Durée de représentation : 1h40

Sur une adaptation française de Jean-Claude Carrière du texte d’Eugène O’Neil, Mis en scène par Jean-Louis Martinelli

Tarrifs : de 16,10 € à 42,10 €

Du Mardi au Samedi à 21h, le Samedi à 16h30 et le Dimanche à 15h30

Réservez ici

Publicités