Étiquettes

, , , , , , ,

le-cercle-des-illusionnistes-big

Après le sucés mérité du Porteur D’Histoire, Alexis Michalik nous offre sa nouvelle création Le Cercle des Illusionnistes à La Pépinière Théâtre.

« En 1984, alors que se déroule le championnat d’Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro.Dans le sac, il trouve la photo d’Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l’histoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIXe siècle. Cette histoire les mènera tous deux sous le coffre de la BNP du boulevard des italiens, dans le théâtre disparu de Robert-Houdin, devant la roulotte d’un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinétographe, et à travers le cercle des illusionnistes » (Source : http://www.theatrelapepiniere.com/spectacle.php?id=47)

Comment vous décrire la magie, la ronde incessante, l’émerveillement, les rencontres qui font basculer toute une vie, un hasard qui n’en est pas vraiment un, des destins hors du commun … tel est l’univers que partage avec nous Alexis Michalik.

Dans sa nouvelle création Alexis Michalik continue de nous conter une histoire envoûtante celle de la magie, des rêves, de la création, …. Toutes les vies se croisent et s’entrecroisent afin de les emmener sur le chemin de leur véritable destiné, et le rêve est là, présent à chaque instant, à chaque souffle …

La mise en scène de l’auteur rythmée, millimétrée à la seconde prés, renforce les rouages implacable du destin et de l’histoire en marche, c’est un véritable mécanisme d’horlogerie que l’esprit ingénieux de Michalik a créé pour nous.

Une pièce brillante servie par de merveilleux acteurs (Jeanne Arènes, Maud Baecker, Michel Deville, Arnaud Dupont, Vincent Joncquez, Mathieu Métral), endossant en un instant, en un changement de costumes, à vue, ou derrière la palissade, le dispositif scénique étant le même que pour Le Porteur D’Histoire ; un nouveau rôle, un nouveau rouage de l’H/histoire.

Comme dans sa précédente création la petite histoire se mêle à la grande Histoire, les années et les siècles se succèdent et s’entremêlent comme si hier était aujourd’hui et demain hier.

On pourrait croire que la réutilisation du même dispositif scénique, décors et mise en scène, nous lasseraient, nous agaceraient, il n’en est rien tant il est vrai que la mécanique est bien huilée et je citerais Gladscope  » On savait qu’il y avait du génie chez Michalik, on peut maintenant être convaincus qu’il y a également de la magie ».

Alors pour ceux qui hésiteraient encore à aller voir Le Cercle des Illusionnistes n’en lisez pas plus, certaines informations glanées de-ci de-là auraient le désavantage de vous gâcher le plaisir de cette fable enchanteresse, car s’il est vrai qu’il y a de la magie dans l’écriture de l’auteur il est également vrai qu’il y a un truc, alors ne cherchez pas et entrez au cœur du royaume de l’imagination ….

Quant à moi je ne peux que souhaiter Bon Voyage aux aventuriers qui prendraient le chemin fait de briques jaunes qui les mènera à La Pépinière Théâtre.

Bfa9relIEAAFkoE

 

 

Dans Le OFF d’Avignon 2015 tous les jours à 10h30 au Théâtre des Béliers.

Publicités