Étiquettes

, , , , ,

Piece.1375

Ce soir-là, j’allais voir Mon Beau Père est une Princesse au théâtre du Palais Royal de, avec, et mis en scène par Didier Benureau. Je connais le chemin par cœur, je pourrais venir les yeux fermés.

J’entre dans le théâtre et le rituel commence … Je vais chercher mon billet au guichet, puis je me dirige vers les escaliers pour accéder à la salle, les garçons du contrôle scannent mon billet, et me voilà grimpant les escaliers pour accéder à l’orchestre. Un placeur me dirige vers ma place … septième rang au bout de la rangée … C’est parfait ! Même Dieu doit lire mon blog pour m’avoir aussi bien placée.

Mes yeux flânent tout seuls et admirent l’architecture et les décorations du théâtre en essayant de ne pas m’agacer des réflexions désobligeantes de mes voisines.

Le noir se fait et le rideau s’ouvre ….

Aude (Gaelle Lebert) et Remy (Didier Benureau) invitent les beaux-parents d’Aude, Micheline (Claire Nadeau) et Michel (Michel Aumont), à un petit week-end à la Campagne dans un charmant petit décor de ferme rénovée. J’avais suivi sur Twitter, le montage des décors et pourtant, j’ai été surprise du résultat … ils sont très réussis. Une cuisine à la gauche du spectateur (avec une fenêtre en « verre » poli ce qui nous laissera le soin d’admirer quelques scènes d’espionnages), une énorme baie vitrée ouvrant la vue sur les montagnes du Cantal.

Le week-end aurait pu se dérouler comme tant d’autres si Remy n’avait pas fait l’aveu de son amour enflammé pour son beau-père. Michel Aumont, interprétant un chef d’entreprise à la retraite (en pleine dépression), d’une misanthropie sans égale pour ses congénères, il est bourru à souhait, autant dire qu’il ne va pas apprécier cette tentative de rapprochement physique ; en macho convaincu, il n’aura de cesse de repousser les avances de son gendre … dans un premier temps (avec un retournement de situation qui donne du pep’s à la pièce mais très peu crédible).

Tout cela se déroule bien sûr sous les yeux aveuglés de leurs femmes. Je dois confesser que Gaëlle Lebert m’a beaucoup agacée dans cette pièce, je n’ai pas aimé son jeu, elle interprète une bobo bio qui veut sauver le monde, et qui intellectualise tout, plutôt agaçante. Claire Nadeau est parfaite dans ce rôle de bourgeoise un peu fofolle que son mari ne touche pas assez.

En plus de la drôlerie des dialogues, beaucoup du rire passe par le jeu et les mimiques des comédiens…. les clowneries de Michel Aumont sont absolument hilarantes.

Après avoir vu Michel Aumont dans Collaboration la saison dernière, c’est un régal de le voir dans un autre registre où il est tout aussi admirable, et qui cette fois-ci m’a fait pleurer de rire.

Je me suis beaucoup amusée et j’ai beaucoup ri, même si je dois confesser que ce ne fut pas le cas de mes voisins.

Un bémol néanmoins, en effet j’aurais à déplorer que le sujet subversif ne soit pas exploité jusqu’au bout et que la fin nous fasse rire au lieu de nous faire réfléchir … la pirouette scénaristique finale m’a laissé sur ma faim.

Une comédie sympathique.

Advertisements