Étiquettes

, ,

AFF-GRUMBERG

Jean*Claude Grumberg est le premier à entrer en scène. Il s’installe à son bureau alors même que la salle se remplit. Il se concentre sur son pupitre, griffonne, écrit, puis nous raconte qui il est et comment il est devenu auteur dramatique. Tour à tour s’adressant à nous ou donnant la réplique aux acteurs auxquels il se mêle avec une grande aisance.

« Jean-Claude Grumberg est l’auteur tragique le plus drôle de sa génération » nous dit Claude Roy dans sa préface du volume Les Courtes parus en 1995 chez Actes Sud.

Ce spectacle est monté comme une anthologie, autour d’extraits ou d’intégralités de représentations de textes courts de Grumberg, ce qui nous permet de traverser son œuvre avec une certaine légèreté.

Voilà comment nous est présentée la représentation : « Depuis 50 ans, il écrit des pièces. Pourquoi ? Ça l’occupe, dit-il. il s’est résolu à faire un break. Tous les 50 ans c’est raisonnable. Avant de rempiler pour cinquante prochaines années, on éprouve le besoin de jeter un oeil par-dessus son épaule. Mais lorsqu’on n’a qu’un oeil, on répugne à le jeter. Alors on appelle à l’aide, famille et amis. »

En fait, ce sont les premiers mots que prononce Grumberg à destination du public pour expliquer sa démarche, pour laquelle il s’est entouré de sa fille Olga et de son ami Serge Kribus.

Huit textes, en intégralité où en extraits, sont joués ici, et ma préférence va au sixième extrait « Maman revient Pauvre Orphelin » où, le temps d’un rêve, dans le brouillard d’une anesthésie, « on » rencontre Dieu, on revoit ses parents disparus, et l’on revit des tranches de vie. Ce texte d’une poésie et d’une tendresse indéniable est absolument bouleversant.

Les scènes jouées sont entrecoupées des confidences de l’auteur sur sa vie et son œuvre et les comédiens attendent bien sagement d’entrer dans la danse. Tout est dit avec sincérité, simplicité, tendresse, sans fioritures, avec en filigrane ce qui le hante depuis tout petit : la disparition de son père (déporté), l’occupation nazie et surtout l’antisémitisme.

Advertisements