Étiquettes

, , , , , ,

96873-le-plus-heureux-des-trois

J’ai réservé ma place quelques jours avant la représentation, et le temps étant maussade, c’est avec soulagement que je me blottis dans mon fauteuil de velours rouge.

Le résumé le voici : « La femme et l’amant trompent le mari. L’amant trompe sa maîtresse et le mari sa femme.L’oncle de l’amant est l’amant de la première femme du mari et les domestiques à leur tour entrent dans cette ronde du désir et de l’infidélité passée, présente et à venir. Le plus heureux n’est pas forcément celui qu’on croit. » (source : http://theatrehebertot.com/)

Cette pièce est, comme souvent quand il s’agit d’un Vaudeville, inracontable.

C’est un classique joliment mis en valeur, une petite mention au changement de décors, j’adore quand ils se passent à vue, ce qui demande un peu d’inventivité et de l’investissement de la part des comédiens.

Didier Long, auréolé déjà de 7 Molières, s’est entouré ici d’une sacrée distribution dont les noms sur l’affiche ne laisseront personne indifférent … Jean Benguigui (Le Mari), Henri Courseau (L’amant de la première femme), Arthur Jugnot (Amant d’Hermance, la seconde femme et neveu du précédent cité), Arnaud Gidoin (Domestique), qui mérite d’être mentionné à plus d’un titre, son rôle de grand naïf alsacien avec un accent à couper au couteau est absolument hilarant.

Joliment menée, de qualité, on passe un bon moment mais sans plus.

Infos Complémentaires :

D’Eugène Labiche, mis en scène par Didier Long ; Avec Jean Benguigui, Arthur Jugnot, Henri Courseaux, Constance Dollé, Roxanne Roux, Rachel Pignot, Arnaud Gidoin
Jusqu’au 29 Décembre au Théâtre Hebrtot ; du Mardi au Samedi à 21h, Le Samedi à 17h30 et Le Dimanche à 16h.

Advertisements